Chameleon : un botnet coûtant plus de 4,6 millions d’euros aux annonceurs publicitaires

L’entreprise de sécurité Spider.io a identifié un réseau Botnet, surnommé Chameleon, qui permet aux cybercriminels de générer plus 4,6 millions d’euros de revenus publicitaires. Le botnet Chameleon est remarquable par la taille de son incidence financière: un coût pour les annonceurs de plus de 4,6 millions de dollars par mois, il est au moins 70…

L’entreprise de sécurité Spider.io a identifié un réseau Botnet, surnommé Chameleon, qui permet aux cybercriminels de générer plus 4,6 millions d’euros de revenus publicitaires.

Le botnet Chameleon est remarquable par la taille de son incidence financière: un coût pour les annonceurs de plus de 4,6 millions de dollars par mois, il est au moins 70 fois plus couteux que le botnet Bamital, qui a été stoppé le 6 Février 2013 par Microsoft et Symantec. Toutefois, le botnet Chameleon est sans doute plus connu pour le fait que c’est le botnet d’abord trouvé à avoir des répercussions sur les annonceurs d’affichage à l’échelle (par opposition au texte-lien annonceurs).

Plus de 120.000 machines hôtes ont été identifiées à ce jour. 95% de ces machines accèdent au Web à partir d’adresses IP publiques localisées aux États-Unis.

Selon Spider.io, le botnet cible au moins 202 sites avec un fort impact. Sur les 14 milliards d’impressions publicitaires totales enregistrées sur ces sites chaque mois, au moins 9 milliards d’euros sont générés par le botnet. C’est-à-dire que 65% du trafic est produit par le botnet.

Chameleon est un botnet sophistiqué, il ne se contente pas de générer des clics pour augmenter les revenus mais il simule également les mouvements de la souris pour se confondre avec le comportement d’un internaute lambda qui visiterait un site.

Retrouvez l’analyse complète de Spider.io [ici]

React